Tabagisme

Messages clés

Obtenir et imprimer le message clé PDF
Voici les principaux messages de santé à transmettre à tous les nouveaux et futurs parents. Ils ont été rédigés à la deuxième personne à un niveau de lecture pouvant s’adresser au public en général. Ils peuvent ainsi être directement partagés. Ces messages sont fondés sur un consensus basé sur la recherche scientifique et la pratique professionnelle. Cliquer sur un mot ou un groupe de mots soulignés dans le texte permet d’être redirigé vers la section Preuve à l’appui qui traite du sujet en question.

key message

Arrêter de fumer est un bon choix pour votre santé et celle de votre bébé.

Arrêter de fumer avant de tomber enceinte, ou le plus tôt possible durant la grossesse, est bien pour vous et votre bébé.

Le tabagisme nuit à votre santé et celle de votre fœtus. La cigarette peut causer des complications durant votre grossesse. Elle peut entraîner une naissance prématurée ou un poids insuffisant à votre fœtus. Si votre bébé naît avant terme ou avec un poids insuffisant, il sera plus susceptible de souffrir de graves problèmes de santé. Si vous fumez durant votre grossesse, le risque de syndrome de mort subite du nourrisson sera plus élevé chez votre bébé.

Plus vous fumez, plus les risques pour votre santé et celle de votre bébé sont élevés. Pendant votre grossesse, il est préférable pour votre santé et celle de votre bébé de ne pas fumer du tout. Il est mieux d’arrêter de fumer si vous tombez enceinte. Si cela n’est pas possible pour vous, essayez de fumer moins de cigarettes par jour. Cela diminuera les effets néfastes de la cigarette pour vous et votre bébé.

key message

Il existe des ressources pour vous aider à réduire ou à cesser de fumer.

Arrêter de fumer au tabac est un bon choix pour votre santé et celle de votre bébé. Il est utile d’avoir de l’aide quand on essaie d’arrêter de fumer. Demandez de l’aide auprès de votre famille ou de vos amis. S’ils fument, demandez-leur d’arrêter de fumer en même temps que vous. Si vous avez de la difficulté à arrêter de fumer, ou si vous avez de fortes envies de fumer après avoir arrêté, consultez votre prestataire de soins de santé. Il existe des services pour les femmes et leur famille qui souhaitent arrêter de fumer.


key message

Consulter votre prestataire de soins de santé avant d’utiliser des produits de thérapie de substitution de la nicotine (TSN).

Il existe de nombreux produits, comme les pastilles, les gommes, les inhalateurs et les timbres transdermiques qui contiennent de la nicotine et qui peuvent vous aider à arrêter de fumer. Commencez par essayer de cesser de fumer sans l’aide de produits à base de nicotine. Il existe des groupes d’entraide, des services d’assistance téléphonique et des services de soutien en ligne. Il y a aussi des services individuels pour les femmes enceintes qui souhaitent arrêter de fumer. Si vous n’y arrivez pas malgré ces ressources, discutez avec votre prestataire de soins de santé. Il peut vous aider à décider si une thérapie de substitution de la nicotine est un bon choix pour vous.


key message

L’utilisation des cigarettes électroniques n’a pas été testée durant une grossesse.

Les cigarettes électroniques électroniques peuvent entraîner des problèmes de santé et leur utilisation n’a pas été testée durant une grossesse.


key message

Faire de votre maison un environnement sans fumée pour vous et votre bébé.

La fumée secondaire est la fumée que vous respirez quand vous fumez, ou quand quelqu’un d’autre fume près de vous. Quand on parle de fumée tertiaire, on parle de produits chimiques qui collent aux vêtements, à la peau, aux tapis, aux meubles et à d’autres objets exposés à la fumée de cigarette.

La fumée secondaire et tertiaire est nocive, surtout pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. Pour la santé des femmes enceintes, parents, bébés et enfants, il est préférable de vivre dans des espaces non-fumeurs. Avoir une voiture et une maison non-fumeurs permet de réduire les risques de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). Évitez d’exposer votre bébé à la fumée. Il aura moins de risques de souffrir d’otites et de problèmes respiratoires (comme la bronchite ou l’asthme).

Voici quelques conseils pour réduire l’exposition à la fumée secondaire et tertiaire :

  • Interdisez de fumer dans la voiture ou dans la maison.
  • Demandez qu’on ne fume pas près de vous ou de votre bébé ou enfant.
  • Fermez les portes et les fenêtres quand vous ou quelqu’un fumez à l’extérieur.
  • Lavez-vous toujours les mains après avoir fumé et avant de prendre votre bébé dans les bras.
  • Changez les couches extérieures des vêtements après avoir fumé.


key message

Allaiter votre bébé même si vous fumez.

L’allaitement reste le meilleur choix pour votre santé et celle de votre bébé, même si vous fumez. Les avantages de l’allaitement sont supérieurs aux effets du tabac sur la santé de votre bébé. Allaiter peut aussi vous détendre.

Allaiter est une des choses les plus importantes que vous pouvez faire pour votre bébé. Pour protéger votre bébé des effets du tabac, vous pouvez :

  • Choisir que votre maison et votre voiture soient des environnements sans fumée.
  • Réduire le nombre de cigarettes que vous fumez par jour.
  • Après avoir fumé, changer les couches extérieures de vos vêtements avant d’allaiter.
  • Après avoir fumé, vous laver les mains avant d’allaiter.

Rappelez-vous que la Loi favorisant un Ontario sans fumée interdit de fumer dans une automobile lorsqu’un bébé ou un enfant est présent.


key message

En savoir davantage pour trouver de l’aide

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur la cessation du tabagisme auprès des ressources suivantes. Vous pouvez en d’autres à la section Ressources et liens.

Retour en Haut

Preuve à l'appui


La section Preuve à l’appui est rédigée à la troisième personne à l’intention des prestataires en éducation prénatale. Elle n’est pas conçue pour être partagée directement avec les nouvelles familles et celles en devenir, mais bien pour fournir de l’information de base et des données factuelles pour les messages clés.

À propos du tabagisme en période périnatale

Qu’entend-on par tabagisme?

Le tabagisme en période périnatale est la consommation de produits contenant du tabac durant la grossesse et la période postpartum. Ce document traite également de l’exposition à la fumée secondaire et tertiaire durant la même période.

Statistiques nationales et provinciales

Selon l’Enquête de surveillance de l’usage du tabac au Canada (ESUTC), la plus récente enquête nationale publiée en 2012, 22,8 % des femmes canadiennes âgées de 20 à 24 ans et 4,8 % de celles âgées de 25 à 44 ans ont déclaré avoir fumé durant leur plus récente grossesse1. Fait intéressant, l’Enquête canadienne sur l’expérience de la maternité (2009) indique que le pourcentage de femmes fumant quotidiennement ou occasionnellement est passé de 22,0 % avant la grossesse à 10,5 % durant le dernier trimestre de grossesse2.

En ce qui concerne l’Ontario, les données du Better Outcome Registry and Network (BORN) 2010 – 2011 de l’Ontario ont montré que le pourcentage des mères ontariennes déclarant avoir fumé durant la grossesse à 20 semaines de gestation ou plus était de 9,0 %3.

Qui est à risque?

Facteurs

Plusieurs facteurs peuvent influer sur le tabagisme durant la grossesse :

  • Des conditions socio-économiques défavorables et un faible niveau d’éducation sont souvent associés au tabagisme pendant la grossesse4.
  • Des problèmes mentaux concomitants, la violence familiale ou un traumatisme passé4.
  • L’abus de plusieurs substances toxiques5.
  • Le pourcentage de jeunes femmes qui fument durant la grossesse est plus élevé que celui de femmes plus âgées, particulièrement parmi les femmes de moins de 25 ans6.
  • Avoir un partenaire fumeur augmente la probabilité que la femme fume pendant la grossesse, ou rechute après l’accouchement7.
  • Les femmes ont moins tendance à fumer durant leur première grossesse que lors des grossesses suivantes8.

Conséquences possibles sur la santé

Introduction

Bon nombre de futurs parents ne se rendent pas compte des effets du tabagisme par la mère ou le partenaire sur la santé de la mère et de l’enfant9. Les femmes et leur partenaire peuvent comprendre que le tabagisme nuit à la santé de la mère et du fœtus, mais ils n’en connaissent pas toujours les conséquences précises sur la santé, ni comment ces dernières se produisent. Il est important que les prestataires de soins de santé utilisent une approche axée sur les femmes en discutant des risques du tabagisme sur la santé de la femme, puis qu’ils passent en revue les risques que le tabac présente pour la grossesse, le fœtus et le nourrisson4, 10.

Une méthode de renoncement au tabac axée sur les femmes est la meilleure pratique du genre, car elle réduit l’accent mis sur la grossesse comme seule raison d’arrêter de fumer4. Les femmes sont alors motivées d’arrêter pour leur propre santé et non seulement pour celle de leur enfant11.

Les effets du tabac sur la santé dépendent de la dose ingérée. Il n’y a pas de seuil en deçà duquel la consommation ne présente aucune nocivité pour la femme enceinte et le fœtus. Autrement dit, si l’on fume moins qu’un certain nombre de cigarettes, cela ne signifie pas qu’il n’y a aucun risque pour la santé. Il est donc fortement conseillé aux femmes de ne pas fumer durant la grossesse4.

Conséquences sur la santé de la femme

Les femmes fumeuses sont plus susceptibles de souffrir de problèmes menstruels, de problèmes de fertilité, de ménopause précoce et elles présentent des risques plus élevés de développer des cas de cancer, de dépression, de maladies cardiovasculaires, d’arthrite rhumatoïde, d’ostéoporose et d’autres complications au niveau de la santé12. De plus, le tabagisme durant la grossesse réduit le taux d’absorption de vitamines dans le corps, en particulier celui du plasma en acide folique, vitamine B6 et vitamine C8. Ces nutriments sont essentiels à la santé de la femme et à son système immunitaire. Il a été démontré que le taux de vitamines dans le sang remonte très vite après l’arrêt de la consommation de tabac13.

Conséquences sur la grossesse

Comparées aux femmes qui ne fument pas, celles qui fument durant la grossesse courent plus de risques de subir les complications suivantes9, 14, 15, 16 :

  • Avortement spontané.
  • Grossesse extra-utérine.
  • Placenta prævia.
  • Décollement du placenta. Ce risque augmente proportionnellement au nombre de cigarettes consommées.
  • Rupture prématurée des membranes avant le terme de la grossesse. Ce risque est multiplié par trois avant la 34esemaine de gestation.
  • Accouchement avant terme. La naissance avant terme est associée à d’autres complications possibles (par ex., problèmes respiratoires, de prise alimentaire, etc. pour le bébé).
  • Retard de croissance intra-utérin (RCIU).
  • Morbidité (par ex., admissions en unités néonatales de soins intensifs) et mortalité infantiles.
  • Accouchement d’un mort-né.

Conséquences pour l’enfant

Le fœtus est exposé aux composants de la cigarette (y compris la nicotine et le monoxyde de carbone) in utero, par passage placentaire. Cela peut se produire par inhalation directe (quand la femme enceinte fume) ou indirecte (quand celle-ci est exposée à la fumée secondaire)10, 15.

Il y a différentes explications qui démontrent comment la fumée de cigarette peut être nocive pour le fœtus10, 15 :

  • Les molécules de monoxyde de carbone s’attachent à l’hémoglobine, réduisant la capacité du sang à transporter de l’oxygène. Cela à son tour réduit le taux d’oxygène dans le tissu fœtal (hypoxie intra-utérine).
  • La nicotine entraîne la vasoconstriction des vaisseaux sanguins de l’utérus et du placenta, réduisant la circulation sanguine vers le placenta, diminuant le volume d’oxygène et de nutriments qui parviennent au fœtus (vasoconstriction artérielle).

Les bébés dont la mère a fumé durant leur grossesse sont plus susceptibles de présenter les signes suivants :

  • Avoir un poids insuffisant à la naissance (peser moins de 2 500 g, ou 5 lb 8 oz)17. Une femme qui donne naissance à un enfant au poids insuffisant est plus susceptible de subir des complications durant l’accouchement et le bébé court plus de risques d’avoir des problèmes de santé et de développement18. Les bébés dont les mères ont fumé durant la grossesse pèsent en moyenne 200 à 250 g de moins que les bébés de mères non fumeuses17.
  • Présenter des malformations congénitales (par ex. des fentes labio-palatines) et avoir le tissu cérébral et pulmonaire endommagé15.
  • Avoir un risque plus élevé de syndrome de mort subite du nourrisson. Le tabagisme durant la grossesse (y compris l’exposition à la fumée secondaire) représente parmi les facteurs les importants de syndrome de mort subite du nourrisson14, 15.

Le tabagisme durant la grossesse peut également influer sur le comportement de l’enfant à long terme. Il existe des données probantes qui suggèrent que les enfants de femmes ayant fumé durant la grossesse sont plus susceptibles d’avoir des troubles d’apprentissage et des problèmes comportementaux19, 20, 21.

Le tabagisme durant la grossesse peut aussi nuire à la santé de l’enfant. Les enfants sont plus susceptibles de souffrir les problèmes suivants15, 22 :

  • Maladies respiratoires (par ex., asthme, pneumonie, bronchite).
  • Maladies infantiles (par ex., otites).
  • Allergies infantiles.

Exposition à la fumée secondaire et tertiaire

Introduction

La fumée secondaire est un produit complexe, constitué de 7 000 composés chimiques diffusés dans l’air lorsqu’une cigarette est allumée. Au moins 70 de ces produits chimiques se retrouvent dans la fumée secondaire et sont cancérigènes14.

La fumée de tabac se retrouve à la maison dans la poussière et sur les surfaces contaminées, même quand les cigarettes ont été allumées des jours, voire des semaines, auparavant. Si l’on fume à l’extérieur, la fumée de cigarette peut aussi pénétrer à l’intérieur des maisons par les vêtements, la peau et la poussière24.

Ce type de résidu de fumée de tabac est appelé fumée tertiaire. On pense que la fumée tertiaire réagit avec les polluants domestiques courants pour former des substances toxiques cancérigènes. La fumée tertiaire s’adhère aux meubles, aux tissus, à la literie, aux tapis, à la poussière et à d’autres surfaces. Les enfants ont des risques élevés d’exposition à la fumée tertiaire quand ils inhalent, ingèrent ou touchent des surfaces ou substances contenant des composants de la fumée tertiaire23.

Les faits suivants ont été documentés25 :

  • La fumée de cigarette se déplace d’une pièce à l’autre, même quand les portes sont fermées.
  • L’ouverture d’une fenêtre dans une chambre ou dans une voiture n’est pas une mesure suffisante pour se débarrasser de la fumée. En fait, cela peut générer un retour d’air qui ramène la fumée à l’intérieur.
  • Les systèmes de ventilation (par ex., hottes de cuisine et ventilation de la salle de bain) ne suffisent pas à faire disparaître la fumée de cigarette. Ils sont conçus pour limiter l’accumulation de monoxyde de carbone et réduire l’odeur de la cigarette.
  • Fumer dans un espace confiné (par ex., dans la voiture) augmente la concentration de substances chimiques toxiques produites par la fumée de cigarette.

Conséquences possibles sur la santé

Conséquences pour la femme

Pour une femme, autant que pour l’ensemble de la population, la présence de fumée de cigarette dans l’environnement augmente les risques de26 :

  • Problèmes respiratoires.
  • Crises d’asthme.
  • Infarctus.
  • Cancer du poumon.
  • Cancer du sein.
Conséquences sur la grossesse

Les femmes enceintes exposées à la fumée de cigarette durant la grossesse présentent un risque plus élevé de26 :

  • Fausse couche.
  • Retard de croissance intra-utérin du fœtus.
  • Accouchement avant terme.
Conséquences pour l’enfant

Les méfaits de la fumée secondaire sont plus importants pour les jeunes enfants que sur les adultes. En fait, étant donné que leurs poumons sont encore en croissance et qu’ils sont plus petits que ceux des adultes, les jeunes enfants respirent à une cadence plus rapide et inhalent donc un volume plus important de substances toxiques22, 23.

Après la naissance, les enfants passent plus de temps à l’intérieur qu’à l’extérieur de la maison, sont en contact avec la poussière et des objets contaminés par la fumée de cigarette (fumée tertiaire) et ont un contact répété avec leurs parents et autres membres de leur famille qui fument. Ils portent aussi souvent les mains et d’autres objets dans leur bouche23, 26.

Comparativement à un enfant qui vit dans un environnement sans fumée, un enfant qui est exposé à la fumée de cigarette est plus susceptible de souffrir de26 :

  • Poids insuffisant à la naissance.
  • Risque plus élevé de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). L’exposition à la fumée secondaire est l’un des plus importants facteurs de risque connus de ce syndrome.
  • Asthme.
  • Otites.
  • Infection des voies respiratoires supérieures et inférieures, comme la bronchite ou la pneumonie.

Réduire l’exposition à la fumée secondaire

Il est fortement conseillé, pour la santé de la femme prévoyant une grossesse, ou enceinte, et celle de son fœtus, que celle-ci ne soit pas exposée à la fumée secondaire.

Afin de réduire l’exposition à la fumée secondaire, il est préférable d’interdire la consommation de cigarette à la maison et dans la voiture27.

Les règles régissant la maison devraient comprendre28 :

  • Pas de consommation de cigarette ou de produits du tabac à la maison, que ce soit par les occupants ou les visiteurs.
  • La zone fumeurs devrait se trouver loin de la maison.
  • Les fenêtres et les portes de la maison ou de la voiture doivent être fermées si l’on fume à l’extérieur.

En plus de créer un milieu de vie plus agréable, cette mesure d’interdiction de fumer a des effets bénéfiques sur le comportement des fumeurs. Une revue des études publiées en 2010 a montré que l’interdiction totale de fumer à l’intérieur de la maison est plus efficace que l’interdiction partielle27. Les adultes fumeurs fumeront moins de cigarettes par jour et auront un plus grand désir d’arrêter de fumer29.

Modifier le tabagisme : ce que vous devez savoir

Introduction

Le renoncement au tabac représente un défi personnel pour la femme enceinte. Pour de nombreuses femmes, la grossesse est l’occasion d’arrêter de fumer30, 31, principalement en raison des méfaits du tabac sur la santé du bébé. Il est important de considérer le tabagisme comme une dépendance qui doit être traitée comme telle, pas seulement au cours de la grossesse et pas seulement pour la santé du fœtus4, 10.

Une femme enceinte qui souhaite arrêter de fumer doit tout d’abord le faire pour elle-même, ce qui aura un effet bénéfique sur la santé de l’enfant. Il est à noter que la motivation d’arrêter de fumer peut changer au cours de la grossesse10. Par exemple, une femme peut devenir plus motivée d’arrêter de fumer quand elle commence à sentir bouger le fœtus qu’elle porte.

Pour d’autres, le processus de renoncement au tabac peut s’avérer plus difficile en raison de conditions socio-économiques précaires, ou encore le tabagisme n’est pas le seul problème de santé auquel elles font face durant la grossesse10.

Réduction des méfaits

Bien que le renoncement au tabac aussi tôt que possible durant la grossesse est préférable pour la santé de la femme enceinte et celle du fœtus, il est important de reconnaître qu’il existe plusieurs étapes de préparation à l’arrêt de consommation du tabac. Toutes les femmes ne parviendront pas à arrêter complètement de fumer durant leur grossesse et même, toutes ne le souhaiteront pas4. Certaines viseront la réduction du nombre de cigarettes qu’elles fument quotidiennement, et y parviendront peut-être. La réduction des méfaits peut signifier de courtes périodes d’abstinence durant la grossesse et pendant le mois précédant l’accouchement, tout en continuant de suivre d’autres mesures bénéfiques pour la santé, comme la pratique de l’exercice physique et l’amélioration de la nutrition4.

Les messages en matière de réduction des méfaits devraient être utilisés avec précaution pendant la grossesse.

Renoncement au tabac

Quand une personne renonce au tabac, elle souffre généralement de symptômes de sevrage. La nicotine contenue dans les cigarettes cause une dépendance physique et psychologique, et quand l’organisme n’obtient plus de nicotine, il présente des symptômes ou des signes indiquant la réduction du taux de nicotine dans le sang10. Bien que les symptômes de sevrage soient désagréables, ils font partie du processus de renoncement au tabac et nul n’est besoin de s’en inquiéter. Il s’ensuit qu’il faut rassurer les femmes enceintes en leur expliquant que le renoncement au tabac durant la grossesse ne causera aucun dommage à leur grossesse ou au fœtus qu’elles portent10.

Le tableau ci-dessous indique les principaux symptômes de sevrage, leur durée habituelle et les mesures à prendre pour les atténuer32, 33.

 

Tableau 1

Problème Durée Mesures que les femmes enceintes peuvent prendre
Forte envie de fumer Environ deux semaines
  • Se souvenir que la forte envie de fumer ne dure que deux à trois minutes.
  • Réagir rapidement. Penser à autre chose, faire une activité agréable, s’éloigner de la situation causant la forte envie de fumer, faire une promenade, etc.
Irritabilité, agressivité Environ quatre semaines
  • Se souvenir qu’il est normal de ressentir cela. S’adonner à des activités agréables aussi souvent que possible; essayer de faire des choses qui amènent à rire.
Fatigue Deux à quatre semaines
  • Dormir suffisamment pour récupérer. Faire de l’exercice, bien manger et boire beaucoup d’eau.
Insomnie Jusqu’à trois semaines
  • Éviter de boire ou de manger des aliments stimulants (café, thé, chocolat, boissons gazeuses, boissons énergétiques).
  • Faire une promenade à l’extérieur après le repas.
  • Lire un livre.
  • Prendre un bain. Boire un verre de lait.
Toux Trois à quatre semaines
  • Boire beaucoup d’eau pour aider à expectorer le mucus.
  • Faire de l’exercice physique ou de simples exercices respiratoires.
Constipation Trois à quatre semaines
  • Boire de l’eau; manger des fruits, des légumes crus et des céréales entières. Faire de l’exercice physique.
Appétit accru Quelques semaines
  • Distinguer le fait d’avoir faim et le simple désir de bouger et de grignoter. S’il s’agit de ce dernier, prendre des collations fréquentes de fruits et de légumes, mais en petites quantités.
Étourdissements Un à deux jours
  • Pratiquer des exercices de respiration lente, mais profonde (comme le bâillement), et s’étirer.


Aides pharmacologiques

Les aides pharmacologiques peuvent aider à atténuer les symptômes de sevrage et les états de manque qui accompagnent le renoncement au tabac10. Elles se répartissent en deux catégories de médicaments : 1) les thérapies de substitution de la nicotine et 2) le chlorhydrate de bupropion HCL et le tartrate de varénicline.

Thérapies de substitution de la nicotine

Les thérapies de substitution de la nicotine (TSN) sont des produits qui libèrent suffisamment de nicotine dans le sang pour permettre aux fumeurs qui tentent de renoncer au tabac de contrôler les symptômes du sevrage10.

Les TSN contiennent de plus faibles quantités de nicotine que la cigarette et ne créent aucune dépendance. De plus, ils ne contiennent aucune des autres substances qui composent la fumée de cigarette34.

Cependant, une étude récente a démontré que les thérapies de substitution de la nicotine ne seraient pas aussi efficaces durant la grossesse et n’entraîneraient pas de taux accrus de renoncement au tabac durant la grossesse12.

Les TSN comprennent les produits suivants :

  • Timbres transdermiques de nicotine (les timbres transdermiques peuvent adhérer à la peau et libèrent de la nicotine sous la peau).
  • Gommes à mâcher à la nicotine.
  • Pastilles à la nicotine.
  • Inhalateur à la nicotine (qui ressemble à une cigarette en plastique, à travers laquelle la nicotine est absorbée par la bouche et la gorge).
  • Vaporisateur de nicotine.
Chlorhydrate de bupropion et tartrate de varénicline (médicaments sur ordonnance)

Le chlorhydrate de bupropion (vendu sous le nom de Zyban©) est un médicament initialement conçu pour traiter la dépression. Sans nicotine, il accroît la capacité à résister aux envies de fumer en atténuant les symptômes de sevrage et les envies de nicotine. Il agit sur les neurotransmetteurs du système nerveux central, mais son propre mécanisme d’action n’est pas entièrement établi35.

Le tartrate de varénicline (vendu sous le nom de Champix©) agit de deux manières différentes :

  • Il agit comme la nicotine, ce qui soulage les symptômes de sevrage et permet d’atténuer les envies.
  • Il agit contre la nicotine en bloquant les récepteurs dans le cerveau qui réagissent à la nicotine, diminuant de cette manière les effets agréables du tabagisme35.

Cigarettes électroniques

Les cigarettes électroniques sont des dispositifs à pile qui vaporisent un liquide (liquide à vapoter) contenu dans une cartouche. Ces liquides à vapoter sont produits avec ou sans nicotine, et sont offerts en différents arômes. L’un des principaux ingrédients des liquides à vapoter est le propylèneglycol. Il est reconnu que le propylèneglycol est irritant lorsqu’inhalé.

Alors que les cigarettes électroniques qui contiennent de la nicotine sont illégales au Canada, on peut facilement se les procurer par Internet et dans plusieurs magasins de cigarettes électroniques.

Santé Canada recommande de ne pas acheter ou utiliser les cigarettes électroniques, car celles-ci pourraient être nuisibles à la santé. Les risques des cigarettes électroniques n’ont pas été rigoureusement testés36, 37. En 2015, le gouvernement de l’Ontario a créé une loi sur les cigarettes électroniques devant l’absence de réglementation fédérale.


Ressources d’aide au renoncement au tabac disponibles pour les femmes enceintes et celles qui allaitent

Tableau 2 : Le tableau ci-dessous indique les différentes options offertes aux femmes enceintes ou et à celles qui allaitent pour les aider à renoncer au tabac34, 38, 39.

Recommandations Commentaires
Premier choix Interventions psychosociales pour arrêter de fumer sans médicament. La thérapie comportementale et l’éducation du patient devraient être recommandées comme thérapies de première ligne pour le renoncement au tabac39.
Deuxième choix Pour les femmes enceintes qui ne parviennent pas à renoncer au tabac avec le soutien et la thérapie seulement, des TSN peuvent être envisagées. Il n’est pas nécessaire d’obtenir une ordonnance pour acheter des TSN; il est cependant conseillé que les femmes enceintes discutent de l’usage des TSN avec leur prestataire de soins de santé39.

Pendant l’allaitement, il est possible de recourir à un timbre transdermique ou à des gommes à mâcher.

Comme les TSN fournissent une certaine quantité de nicotine, il est recommandé aux femmes qui l’utilisent de :

  • Éviter de fumer des cigarettes, puisqu’alors, elles consommeraient de plus grandes quantités de nicotine.
  • Préférer l’usage de produits à doses intermittentes (par ex., des gommes à mâcher) à celui de produits à dosage continu (timbres transdermiques de nicotine).
  • Retirer le timbre transdermique durant la nuit (application de 16 heures)39.
  • Continuer de discuter avec les prestataires de soins de santé de l’usage des TSN, et les tenir au courant tout au long de l’utilisation39.

L’usage du chlorhydrate de bupropion n’est pas interdit aux femmes enceintes; aucun effet nuisible sur la santé du fœtus n’a été observé. L’usage du chlorhydrate de bupropion devrait être guidé par une évaluation des avantages et des risques potentiels lors d’une consultation avec un prestataire de soins de santé34, 38, 39.

L’usage du tartrate de varénicline n’est pas conseillé durant la grossesse ou l’allaitement, car les données sur son efficacité et ses éventuels effets tératogéniques auprès des femmes enceintes ou allaitantes sont insuffisantes34, 38, 39.

Les professionnels peuvent consulter Motherisk pour obtenir plus d’informations sur les aides pharmacologiques pour les femmes enceintes ou celles qui allaitent.

Rechute

On estime que le pourcentage de mères qui renoncent au tabac durant la grossesse et qui recommencent à fumer après l’accouchement se situe entre 50 % et 70 %4, 40. Certains facteurs prédisposent la femme à rechuter, comme la présence d’un partenaire qui fume, un manque de soutien social et des difficultés après la naissance du bébé (comme le stress, la dépression postpartum, même la prise de poids) 4, 40.

La rechute est courante. La plupart des gens qui tentent de renoncer au tabac rechuteront trois à quatre fois avant d’y parvenir pour de bon.

En vue de réduire les risques de rechute, la femme peut mettre en œuvre certaines stratégies lorsqu’elle se trouve dans une situation stressante ou si elle souffre de fortes envies de fumer. Ces stratégies comprennent les suivantes :

  • Rechercher du soutien auprès d’un membre de la famille.
  • Trouver des moyens de se détendre ou de faire passer l’envie de fumer.
  • Faire des activités physiques.
  • Parler avec son prestataire de soins sa santé pour trouver une stratégie de renoncement au tabac et étudier le recours possible à des aides pharmacologiques.
  • Rechercher de l’aide auprès de plusieurs ressources disponibles en Ontario en contactant les services de santé publique locaux afin de repérer dans la communauté des groupes d’aide au renoncement au tabac.

Les femmes fumeuses courent un plus grand risque de provoquer le sevrage prématuré de leurs nourrissons. Le soutien que les femmes reçoivent durant la grossesse et les premières semaines après l’accouchement peut les aider à continuer l’allaitement42.

Milieu social

Quand une femme décide de renoncer au tabac, cela peut avoir des conséquences inattendues, comme l’isolement de son réseau social. De même, les négociations autour de l’instauration d’un environnement sans fumée peuvent engendrer des conflits au sein du couple ou avec les amis ou les membres de la famille41.

On ne doit pas présumer que toutes les femmes sont capables de discuter de leur consommation de tabac avec leur partenaire (ou que cela leur est possible) sans risquer de créer un conflit41. Pour certains couples, le partage d’une cigarette est considéré comme un moment d’intimité et fait partie de leur routine quotidienne. Pour de plus amples informations, voir le document Lutter contre l’usage du tabac avec les femmes et leur famille dans la section Ressources et liens.

Tabagisme durant l’allaitement

Recommandations

L’allaitement constitue l’alimentation optimale pour tous les nourrissons, même si leur mère fume. Bien que des résidus du tabac passent dans le lait maternel, les effets protecteurs à long terme de l’allaitement dépassent de loin tout effet nuisible du tabac sur la santé du bébé43, 44, 45, 46.

Pour aider à réduire l’exposition du nourrisson aux résidus du tabac, en plus des stratégies qui ont été mentionnées, les précautions suivantes sont suggérées :

  • Ne pas fumer pendant la tétée.
  • Il est préférable de fumer après la tétée, idéalement, deux heures minimum avant la prochaine tétée, afin de laisser le temps à votre corps d’expulser les métabolites du tabac qui se trouvent dans le lait maternel. Si le bébé signale qu’il a faim avant que les deux heures ne soient passées, on encourage la mère à l’allaiter aussitôt, plutôt que de le faire attendre.

Aiguillage

Savoir quand avoir recours à une ressource externe

Les prestataires d’éducation prénatale se trouvent dans une excellente position pour promouvoir le renoncement au tabac. Toute femme qui souhaite arrêter de fumer ou qui exprime de la déception quant à ses tentatives infructueuses d’arrêter de fumer peut être recommandée aux services mentionnés ci-dessous. En raison du taux élevé de rechute après l’accouchement chez les femmes qui renoncent au tabac ainsi que du lien établi entre le tabagisme et le sevrage prématuré, les prestataires d’éducation prénatale doivent aborder le besoin de soutien continu après la naissance du bébé.

Savoir où rediriger

L’Ontario dispose d’un réseau de ressources visant à soutenir les gens dans leurs tentatives de renoncer au tabac. Ces services comprennent des conseils par assistance téléphonique et d’autres ressources variées. Pour de l’assistance individuelle ou en groupe, consulter votre bureau local de santé publique pour plus d’information. Les professionnels sont encouragés à recommander les femmes enceintes qui veulent arrêter de fumer à des ressources spécialisées qui pourront leur offrir une évaluation et un suivi adéquat.

Pour en savoir plus sur les diverses ressources d’aide au renoncement au tabac, à la fois pour des clients ou des professionnels, les professionnels sont encouragés à consulter la section Ressources et liens pour y trouver d’autres documents, ainsi que l’ annexe, qui présente un exemple d’approche pour traiter les femmes enceintes.

Retour en Haut

Ressources et liens


Il est à noter qu’il ne s’agit pas d’une liste exhaustive de ressources disponibles, et que celles-ci ne sauraient se substituer à la recherche de conseils professionnels. Les ressources citées dans cette documentation ne sont pas nécessairement approuvées par le Centre de ressources Meilleur départ ou le gouvernement de l’Ontario. En cas de doute, les professionnels doivent contacter l’organisme responsable de la publication d’une recommandation particulière/de lignes directrices.

Directives professionnelles

Sites Web : Ressources d’aide au renoncement au tabac pour les femmes et leurs familles

Sites Web : Ressources d’aide au renoncement au tabac destinées aux professionnels

Lignes d’assistance

Outils en matière d’éducation prénatale

Ressources et documentation des clients

Vidéos

Retour en Haut

Annexe

Intervention brève en renoncement au tabac

Il existe plusieurs approches pour venir en aide à des personnes qui voudraient cesser de fumer. Les interventions proposées peuvent être consultées dans les lectures conseillées de la section Ressources et liens.

Le tableau ci-dessous présente l’exemple d’une intervention brève, tirée de la littérature scientifique et de la pratique clinique. Ces étapes constituent la procédure suggérée; à tout moment, le jugement clinique d’un professionnel est essentiel pour évaluer les besoins de la femme enceinte et ajuster l’intervention.

Étapes de l’intervention individuelle Stratégies et informations idéales à transmettre
  • Demander où en est la consommation de tabac
  • Proposer des scénarios au lieu de poser des questions fermées oui/non.
  • Féliciter les femmes qui ne fument pas ou qui ont arrêté de fumer.
  • Reconnaître et affirmer les efforts de la femme, car il est difficile de renoncer au tabac.
  • Motiver les femmes enceintes à prendre la décision de renoncer au tabac le plus rapidement possible.
Discuter des points suivants

  • Les effets du tabac sur la santé de la mère et celle du fœtus, ainsi que des complications qui pourraient se produire durant la grossesse.
  • Les avantages de renoncer au tabac, sans omettre les désagréments possibles.
  • Il serait idéal d’arrêter de fumer dès le début de la grossesse ou très rapidement après. Quel que soit le moment choisi, le renoncement au tabac est toujours bénéfique.
  • Discuter des stratégies qui peuvent aider les femmes à renoncer au tabac
  • Établir les étapes nécessaires pour agir : faire la liste des besoins que la cigarette comble, déterminer les situations associées à l’acte de fumer, développer des stratégies pour gérer ces situations, et établir un moment pour cesser de fumer.
  • Aider les femmes à identifier les rituels et les comportements automatiques liés à la cigarette, et les aider à modifier leurs habitudes afin de résister à l’envie de fumer.
  • Aider les femmes à prendre conscience de l’importance du soutien qu’elles peuvent obtenir auprès de leur réseau social et de leur partenaire.
  • Soutenir les efforts des femmes enceintes qui tentent de renoncer au tabac au cours de leur grossesse ou durant la période postpartum.
  • Discuter des avantages du renoncement au tabac.
  • Discuter des désagréments liés au sevrage
  • Faire savoir aux femmes qu’il y a une forte probabilité qu’elles recommencent à fumer après la naissance du bébé, entre la 6e et la 12e
  • Valoriser les efforts et les progrès obtenus.

Retour en Haut

Références

  1. Canadian Tobacco Use Monitoring Survey (CTUMS). (2012). Retrieved from www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/tobac-tabac/research-recherche/stat/_ctums-esutc_2012/ann_summary-sommaire-eng.php
  2. Public Health Agency of Canada, Canadian Maternity Experiences Survey, (2009). Retrieved from www.phac-aspc.gc.ca/rhs-ssg/survey-enquete/mes-eem-1-eng.php
  3. BORN Ontario. (2013). 2011-2012 BORN: Better Outcomes Registry & Network program report. Ottawa, ON: Author. Retrieved from www.bornontario.ca/assets/documents/BORN%202011-2012%20Program%20Report.pdf
  4. Greaves, L., Cormier, R., Devries, K., Bottorff, J., Johnson, J., Kirkland, S., & Aboussafy, D. (2003). Expecting to quit: A best practices review of smoking cessation interventions for pregnant and post-partum girls and women. Vancouver: British Columbia Centre of Excellence for Women’s Health.
  5. Massey, S. H., Lieberman, D. Z., Reiss, D., Leve, L. D., Shaw, D. S., & Niederhiser, J. M. (2010). Association of clinical characteristics and cessation of tobacco, alcohol, and illicit drug use during pregnancy. The American Journal on Addictions, 20(2), 143-150. doi: 10.1111/j.1521-0391.2010.00110.x
  6. Millar, W. J., & Hill, G. (2004, July). Pregnancy and smoking. Health Reports, 15(4), 53-56. Retrieved from http://www.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2003004/article/6981-eng.pdf
  7. Penn, G., & Owen, L. (2002). Factors associated with continued smoking during pregnancy: Analysis of sociodemographic, pregnancy and smoking related factors. Drug and Alcohol Review, 21(1), 17-25.
  8. Klesges, L. M., Johnson, K. C., Ward, K. D., & Barnard, M. (2001). Smoking cessation in pregnant women. Obstetrics and Gyneocological Clinics of North America, 28(2), 269-282. DOI: 10.1016/S0889-8545(05)70200-X
  9. Cnattingius, S. (2004). The epidemiology of smoking during pregnancy: smoking prevalence, maternal characteristics, and pregnancy outcomes. Nicotine & Tobacco Research, 6(Suppl 2), S125-S140. Retrieved from http://ntr.oxfordjournals.org/
  10. CAN-ADAPTT. (2011). Canadian Smoking Cessation Clinical Practice Guideline. Pregnant and Breastfeeding Women. Toronto, Canada: Canadian Action Network for the Advancement, Dissemination and Adoption of Practice-informed Tobacco Treatment, Centre for Addiction and Mental Health, 2011. www.nicotinedependenceclinic.com/English/CANADAPTT/Pages/Home.aspx
  11. Chamberlain et al. (2013). Psychosocial interventions for supporting women to stop smoking in pregnancy. Cochrane Review Issue 10. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24154953
  12. Best Start Resource Centre. Addressing Smoking with Women and their Families. (2015). Toronto, ON: Author.
  13. Ulvik, A., Ebbing, M., Hustad, S., Midttun, Ø., Nygård, O., Vollset, S. E., … Ueland, P. M. (2010). Long-and short-term effects of tobacco smoking on circulating concentrations of B vitamins. Clinical Chemistry, 56(5), 755. doi: 10.1373/clinchem.2009.137513
  14. S. Department of Health and Human Services. (2010). How tobacco smoke causes disease: The biology and behavioral basis for smoking-attributable disease: A report of the surgeon general. Atlanta, GA: U.S. Department of Health and Human Services, Centers for Disease Control and Prevention, National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion, Office of Smoking and Health. Retrieved from http://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/2010/index.htm
  15. U.S. Department of Health and Human Services. (2014). The health consequences of smoking – 50 years of progress: A report of the Surgeon General. Atlanta, GA: U.S. Department of Health and Human Services, Centers for Disease Control and Prevention, National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion, Office on Smoking and Health. Retrieved from http://www.surgeongeneral.gov/library/reports/50-years-of-progress/full-report.pdf
  16. Al‐Sahab, B., Saqib, M., Hauser, G., & Tamim, H. (2010). Prevalence of smoking during pregnancy and associated risk factors among Canadian women: A national survey. BMC Pregnancy and Childbirth, 10(24), doi:10.1186/1471-2393-10-24
  17. Centers for Disease Control and Prevention, Department of Health and Human Services. (2007, July). Preventing smoking and exposure to second-hand smoke before, during, and after pregnancy. Atlanta, GA: Centers for Disease Control and Prevention. Retrieved from www.cdc.gov/nccdphp/publications/factsheets/prevention/pdf/smoking.pdf
  18. Matsuo, H. (2005, April ). The health consequences of low birth weight: Literature review and critique (Working Document No. 23). Louvain-la-Neuve, Belgium: Université Catholique de Louvain, Département des sciences de la population et du développement (SPED). Retrieved from http://www.uclouvain.be/6913.html
  19. Braun, J. M., Kahn, R. S., Froehlich, T., Auinger, P., & Lanphear, B. P. (2006). Exposures to environmental toxicants and attention deficit hyperactivity disorder in US children. Environmental Health Perspectives, 114(12), 1904-1909. Retrieved from http://ehp.niehs.nih.gov/
  20. Indredavik, M. S., Brubakk, A., Romundstad, P., & Vik, T. (2007). Prenatal smoking exposure and psychiatric symptoms in adolescence. Acta Paediatrica, 96, 377-382. DOI: 10.1111/j.1651-2227.2006.00148.x
  21. Pickett, K. E., Wood, C., Adamson, J., D’Souza, L., & Wakschlag, L. S. (2008). Meaningful differences in maternal smoking behaviour during pregnancy: Implications for infant behavioural vulnerability. Journal of Epidemiology and Community Health, 62(4), 318-324. doi: 10.1136/jech.2006.058768
  22. Best, D., The Committee on Environmental Health, The Committee on Native American Child Health, & The Committee on Adolescence. (2009). Technical report – Second hand and prenatal tobacco smoke exposure. Pediatrics, 124(5), e1017-e1044. doi: 10.1542/peds.2009-2120
  23. Health Canada. (2015). Dangers of second-hand smoke. Retrieved from http://healthycanadians.gc.ca/healthy-living-vie-saine/tobacco-tabac/dangers-eng.php
  24. Matt, G. E., Quintana, P. J. E., Destaillats, H., Gundel, L. A., Sleiman, M., Singer, B. C., … Melbourne, F. H. (2011). Thirdhand tobacco smoke: Emerging evidence and arguments for a multidisciplinary research agenda. Environmental Health Perspectives, 119(9), 1218-1226. Retrieved from http://www.medscape.com/viewpublication/1084
  25. Singer, B. C., Guevarra, K. S., Hawley, E. L., & Nazaroff, W.W. (2002). Gas-phase organics in environmental tobacco smoke. 1. Effects of smoking rate, ventilation, and furnishing level on emission factors. Environmental Science & Technology, 36(5), 846-853
  26. US Department of Health and Human Services. (2006). The health consequences of involuntary exposure to tobacco smoke: A report of the Surgeon General. Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services, Centers for Disease Control and Prevention, Coordinating Center for Health Promotion, National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion, Office on Smoking and Health.
  27. Emory, K., Saquib, N., Gilpin, E. A., & Pierce, J. P. (2010). The association between home smoking restrictions and youth smoking behaviour: A review. Tobacco Control, 19(6), 495-506. doi: 10.1136/tc.2010.035998
  28. Johansson, A. K., Hermansson, G., & Ludvigsson, J. (2004). How should parents protect their children from environmental tobacco-smoke exposure in the home? Pediatrics, 113, e291-e295. Retrieved from http://pediatrics.aappublications.org/
  29. Norman, G. J., Ribisl, K. M., Howard-Pitney, B., & Howard, K. A. (1999). Smoking bans in the home and car: Do those who really need them have them? Preventive Medicine, 29(6), 581-589. DOI:10.1006/pmed.1999.0574
  30. French, G. M., Groner, J. A., Wewers, M. E., & Ahijevych, K. (2007). Staying smoke free: An intervention to prevent post-partum relapse. Nicotine and Tobacco Research, 9(6), 663-670. doi: 10.1080/14622200701365277
  31. Reitzel, L. R., Vidrine, J. I., Li, Y., Mullen, P. D., Velasquez, M. M., Cinciripini, P. M., … Wetter, D. W. (2007). The influence of subjective social status on vulnerability to post-partum smoking among young pregnant women. American Journal of Public Health, 97(8), 1476-1482.doi: 10.2105/AJPH.2006.101295
  32. The Lung Association. (2014). Manage your withdrawal symptoms. Retrieved from http://www.lung.ca/lung-health/smoking-and-tobacco/manage-your-withdrawal-symptoms
  33. Canadian Cancer Society. (2014). Withdrawal symptoms. Retrieved from http://www.cancer.ca/en/cancer-information/cancer-101/what-is-a-risk-factor/tobacco/withdrawal-symptoms/?region=on
  34. Ontario Medical Association. (2008, January). Rethinking stop-smoking medications: Treatment myths and medical realities. Retrieved from https://www.oma.org/Resources/Pages/PositionPapers.aspx
  35. Centre for Addiction and Mental Health. (2009). Other medications for smoking cessation. Retrieved from https://www.porticonetwork.ca/web/smoking-toolkit/treatment/other-medications-smoking-cessation
  36. Health Canada. (2009). Health Canada advises Canadians not to use electronic cigarettes. Retrieved from http://www.healthycanadians.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2009/13373a-eng.php?_ga=1.232584346.445389004.1414262660#media-medias
  37. Reed, J. L., Gervais, A. A., & Reid, R. D. (2013). Five things to know about…electronic cigarettes. Canadian Medical Association Journal. DOI:10.1503/cmaj.130806
  38. Cressman, A. M., Pupco, A., Kim, E., Koren, G., & Bozzo, P. (2012). Smoking cessation therapy during pregnancy. Canadian Family Physician, 58(5), 525-527. Retrieved from http://www.cfp.ca/
  39. Wong S, Ordean A, Kahan M, (2011).Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada. Substance use in pregnancy: no. 256, Int J Gynaecol Obstet 2011;114(2):190-202
  40. Mullen, P. D. (2004). How can more smoking suspension during pregnancy become lifelong abstinence? Lessons learned about predictors, interventions, and gaps in our accumulated knowledge. Nicotine & Tobacco Research, 6(S2), S217-S238. doi: 10.1080/14622200410001669150
  41. Bottorff, J. L., Kalaw, C., Johnson, J. L., Stewart, M., Greaves, L., & Carey, J. (2006). Couple dynamics during women’s tobacco reduction in pregnancy and post-partum. Nicotine & Tobacco Research, 8(4), 499-509. doi: 10.1080/14622200600789551
  42. Kendzor, DE, Businelle, MS, Costello, TJ, Castro, Y, Reitzel, LR, Vidrine, JI, Li, Y. Mullen, PD,Velasquez, MM Cinciripini, PM Cofta-Woerpel, LM & x Wetter, WD. (2010). Breast feeding is associated with postpartum smoking abstinence among women who quit smoking due to pregnancy. Nicotine & Tobacco Research, 12(10): 983–988
  43. Best Start Resource Centre. (2013). Breastfeeding matters: An important guide to breastfeeding for women and their families. Toronto, ON: Author. Retrieved from http://www.beststart.org/resources/breastfeeding/breastfeeding_matters_EN_LR.pdf
  44. Batstra L, Neeleman J, Hadders-Algra M. Can breast feeding modify the adverse effects of smoking during pregnancy on the child’s cognitive development? Journal of Epidemiology and Community Health 2003;57:403–4
  45. American Academy of Pediatrics. Policy statement: Breastfeeding and the use of human milk. Pediatrics 2005;15(2):496–506.
  46. CPS Position Statement 2012. The Baby-Friendly Initiative: Protecting, promoting and supporting breastfeeding. CM Pound, SL Unger; Canadian Paediatric Society , Paediatric Child Health 2012;17(6):317-21

Retour en Haut

Santé avant la grossesse

Santé avant la grossesse

Soins prénataux réguliers

Soins prénataux réguliers

Changements physiques

Changements physiques

Alimentation saine et prise de poids

Alimentation saine et prise de poids

Vie active

Vie active

Alcool

Alcool

Tabagisme

Tabagisme

Médicaments et drogues

Médicaments et drogues

Mesures de précaution

Mesures de précaution

Violence

Violence

Santé mentale

Santé mentale

Perte de grossesse et du bébé

Perte de grossesse et du bébé

Travail prématuré

Travail prématuré

Progression de l’accouchement

Progression de l’accouchement

Soutien à l’accouchement

Soutien à l’accouchement

Interventions à l’accouchement

Interventions à l’accouchement

Médicaments antidouleur

Médicaments antidouleur

Accouchement par césarienne

Accouchement par césarienne

Accouchement vaginal après césarienne

Accouchement vaginal après césarienne

Accouchement de siège

Accouchement de siège

Soins du nouveau-né

Soins du nouveau-né

Sécurité du nouveau-né

Sécurité du nouveau-né

Allaitement

Allaitement

Rétablissement après l’accouchement

Rétablissement

Transition vers la parentalite

Transition vers la parentalite